MONACO OPERA GARNIER DAY 3

Voilà.
A peine me voilà sortie du Tour Bus, je tombe sur ça :

On est à Monaco.
Disney World. 30 degrés.
La mer brille, ça me fait mal aux yeux.
Ferrari orange, ça me fait mal aux yeux.
Je me dirige vers les loges et découvre le lieu dans lequel nous allons jouer ce soir.
Un opéra. Magnifique, à l’italienne. Dorures en veux tu, en voilà.


Loin de la vulgarité moderne clinquante qui s’étale dans les rues de Monte Carlo, celles où j’essaie de prendre ma dose de caféine ce matin et de t’écrire un post, lecteur.

Bienvenue à Monaco.


Sur les murs des loges, des horloges estampillées Rolex – un instant je me demande si je n’en volerais pas une, histoire de me refaire en la revendant aux puces.
Mais l’accueil monégasque m’en dissuade rapidement.
Les gens sont polis, prévenants, oui, nous sommes à l’opéra, Madame, et quand j’ai le malheur de fermer la porte de ma loge à carte à puce ultra sécurisée, on me souffle discrètement à l’ oreille :
« Mais pourquoi dont ? Nous sommes à Monaco, il n’y a pas de voleur ici, n’est ce pas ? »
Comprend bien lecteur, que le gentil monsieur avait du me voir reluquer l’ horloge Rolex. Grillée. Héhé.

On est à Monaco.
On se promène.
J’ai toujours eu du mal avec le Sud.
Avec ce Sud là. Avec les gens qui se garent en Ferrari devant l’opéra et qui déposent avec une modestie non dissimulée une pancarte sur leur voiture qui dit :
« Ne touchez pas cette voiture / Please don’t touch the car »
Ca me fait doucement rire, et c’est le cheveux gras / tee-shirt plein de cambouis (cf. Annemasse DAY 2) que j’ essaie de me frayer un chemin au travers des dizaines de touristes en chemises hawaïennes et autres Bob Ricard qui bouchent le trottoir.

L’heure du concert arrive !
C’était assez impressionnant de jouer dans un endroit aussi beau.
Un peu troublant aussi, car la salle était comble mais plongée dans l’obscurité, j’avais vraiment le sentiment de jouer devant une sorte de trou noir intergalactique.
Seuls les applaudissements qui fusaient entre les chansons me rappelaient qu’en fait il y avait 500 personnes (en tenue de soirée exigée paraît il…) qui étaient là, assises.

Great time !
Voici une petite photo que j’ai trouvé pour vous donner une idée du décor !

Par Devant.

Par derrière. (Aucun mauvais jeu de mot)

Allez Hop, le concert fini, nous filons vers de nouveaux horizons, enfin, nous essayons –  Trente minutes de ruses plus tard, nous arrivons « enfin » à quitter Monaco.

Dans le bus j’apprends à jouer « These boots are made for walking » avec un super düper prof.

Je t’aime bien Monaco, tu es joli en Opéra Garnier et quand ta mer est à 24 degrés.

DEMAIN LYON !!! Transbordeur… !!

Publicités
Comments
2 Responses to “MONACO OPERA GARNIER DAY 3”
  1. j’y etais… en jean.. tenue de soirée exigée? euh…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :