Countryside and the damage done

Press Play


Now i wonder
How many of you have seen a master piece called « Blair witch project »
All i remember from this movie is its wooded images.
What’s the point. What’s the point.

Few weeks ago -with some reluctance – i got involved in the same kind of scary atmosphere while having a walk through a forest – down south of France.
Since we all fear something.. i confess i dread this hood since i’m a child. (What an avowal, you think)

Firstly because i’ve always been fascinated by a bunch of weirdos squatting the undergrowth.
Thought for a long time they were part of a sect.
Found out years later it was only a legend made up by my uncle’s abundant mind – Always told with an unconcealed impish amusement.

Each winter, at set of sun, this self declared story teller would speak in a deep voice…
With foolhardiness – he’d pretend sect members were hidden behind the scrubland, as pointing out imaginary places i should circle – in my pink, childish room.

These stories are still engraved in my memory.
What’s disturbing is – they actually became a vague memory of the memory itself.
It’s the worst thing that can happen. Fearing something undefined.

Soooo… Like every year, i came back there.
Little house on a hill, lost in the country side.
The silence at night, while smoking outside, scared the life out of me.

On the last day i thought to myself :

« Marie, what about strolling along the meadows? »
If i only knew.

Maintenant je me demande
Combien de vous ont vu un morceau de maître appelé « le projet de sorcière de Blair »
Tout que je me rappelle de ce film est ses images boisées.
Ce qui est le point. Ce qui est le point.

Il y a quelques semaines – avec un peu de répugnance – j’ai été impliqué dans la même sorte d’atmosphère effrayante en faisant une promenade par une forêt – dans le sud de la France.
Puisque nous craignons tous quelque chose .. j’avoue que je redoute ce capuchon puisque je suis un enfant. (Ce qu’un aveu, vous pensez)

Premièrement parce que je étais toujours fasciné par une liasse(un bande) d’excentriques s’accroupissant le sous-bois.
Pensée(Pensé) pour longtemps eux faisaient partie d’une secte.
Découvert des années plus tard c’était seulement une légende composée par l’avis(esprit) abondant de mon oncle – disait Toujours avec un amusement espiègle non déguisé.

Chaque hiver, au jeu de soleil, ce moi le caissier d’histoire déclaré parlerait dans une voix grave …
Avec la témérité – il feindrait que les membres de secte ont été cachés derrière la brousse, comme l’indication d’endroits(de places) imaginaires dont je devrais tourner autour – dans ma pièce(chambre) rose, enfantine.

Merci..

© Reverso

Publicités
Comments
One Response to “Countryside and the damage done”
  1. Laureene dit :

    This brings me back over twenty years ago …. Buried in our brain’s limbo, each of us has the memory of a terrifying and oppressive night, then felt as such by the child we were (rightly or not …) the ramblings of the mind are endless. This movie is a perfect illustration of what the extent of the imagination of the human spirit may be. The constant tension is palpable in this film based solely on that.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :