End Of the Mini Tour With Peter Doherty

Oh lecteur, un post très tardif, certes, mais post quand même !
Plus les jours avancent, plus ma mémoire fond.. Que vais je donc pouvoir te raconter, à toi..
Comment nourrir tes petits yeux frétillants..

Remise en situation.
Nous sommes à Lille, charmante bourgade du Nord pas de Calais (tu m’arrêtes si je me trompe…)

Après des balances mitigées..
Je finis par rejoindre mes amis venus de Paris en TWINGO…

-tu relèveras ici un placement de produit discret et judicieux-
Allez, vas y que ça mange des frites, vas y que ça boit des bières.
Et finalement, quand arrive l’heure de jouer, je ne sens toujours pas la salle, ni ce concert..

Je crois que dans le fond, cette dernière date de mini tour me laisse un goût amer avant même qu’elle ne soit passée.
Oui… Le spleen s’empare de moi pour cet ultime Post..

Quand je monte sur scène, je sais dès les premières notes que le set va être dur.
Je suis triste.
J’expédie mes chansons, mes cordes vocales sont endormies, je me surprends même à être un poil agacée par un membre du public, particulièrement aviné..

Au tour de Pete, Ouf !
« There’s nothing worse than singing sad songs in front of people talking » He said.

Jusqu’à la dernière minute, j’ignorais si on allait rejouer « Sheepskin Tearaway »

Et vas y Que ça boit des bières et vas y que ça boit du vin sur le côté de la scène avec les amis venus en TWINGO (…) – pour l’occasion (…) .

Quand soudain …  Un cri.
« Où est ta guitare meuf, tu chantes avec Pete dans 5 minutes, Quick Quick Quick !! »
(Placement de produit)

Oui, le backliner Irlandais peut – aussi – parler l’argot banlieusard.

Ni une ni deux, je saute depuis le côté de la scène, bouscule mon manager, le fais tomber, ne m’excuse pas, cours jusqu’au premier sas, le franchis sans encombre, passe une porte blindée, me bats avec un vigile qui entrave ma course effrénée -lui mets sa race- enjambe par deux les 58 marches qui me séparent de l’étage des loges.

A la soixantième mon coeur me rappelle que je fume un paquet par jour.

J’arrive – en sueur – devant ma porte, compose le code d’entrée, tombe nez à nez avec ma régulière et ma nouvelle.

Grestch, pas Gretsch ?
Ouverture d’une canette de Bière – dont je tairai la marque, on ne fait pas de pub ici –
Gorgée. Réflexion.

Pas Grestch.

J’attrape la régulière ( Attention, toi… Je vois où tu veux en venir…)
Ouvre ma porte, dévale les soixante marches à toute vitesse.
Quand soudain – Un cri.
Je me questionne : va t’ il falloir que je remette une race au vigile ?
Je fais s’entrebâiller la porte.. Regard furtif à gauche.. Puis à droite.
RAS.
Il est toujours par terre.

Victorieuse, je me vois – malgré moi – dessiner avec mon pouce depuis ma gorge jusqu’au menton un geste que je faisais à 8 ans en primaire..
Allez, vengée, je reprends mon périple, croise furtivement mon manager à l’infirmerie, grimpe sur la scène, m’essuie le front, entends des applaudissements ..

« Quoi c’est déjà fini le concert…?!  »
Tout ça pour ça…

Mais non, wino… On me pousse sur scène.
xx

Hop, un Happy Birthday Plus tard.

 

Publicités
Comments
One Response to “End Of the Mini Tour With Peter Doherty”
  1. natacha dit :

    Je vous ai aperçu dans le marais avec Mr Doherty, vous avez succombé au ‘happy birthday ? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :